AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bonsoir ! Afin de "restaurer" le forum, nous avons besoin de vos avis chers Laryskaniens ! Pour nous aider, c'est ici.

Partagez| .

Meredith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

0 - Inconnu

Messages : 26
Points : 68
Date d'inscription : 28/07/2014
Rôle : Esclave
Armes : Aucune
Pouvoirs : Maîtrise de la Nature - Auto-cicatrisation

MessageSujet: Meredith Mar 29 Juil - 16:15

Meredith Elvaess


Je suis...

NOM ♦ Elvaess
PRENOM ♦ Meredith
SEXE ♦ Femme
RACE ♦ Fée
AGE ♦ 17 ans
CLAN ♦ Soldat de l'Equilibre
ROLE ♦ Esclave
DIVINITES ♦ Respecte et vénère toutes les divinités
J'ai...

ARMES ♦ Aucunes

POUVOIRS ♦ Maîtrise de la Nature
Auto cicatrisation ~ (uniquement pour les plaies ouvertes)








Je ressemble...

PHYSIQUE ♦ On me dit que je suis "belle", mais qu'est-ce que cela signifie réellement ? A mes yeux, il n'existe pas de personne "moche", tout le monde est beau aux yeux de quelqu'un d'autre, il suffit simplement de savoir où regarder... Essayons donc de comprendre.

Je ne suis pas particulièrement grande, en réalité on me définirait plutôt comme étant petite. Je suis une Fée après tout ! Faisant à peine plus d'un mètre cinquante, on pourrait me confondre avec une enfant s'il n'y avait pas ses courbes féminines qui se dessinent sur mon corps. Bien proportionnée, à mon jeune âge j'ai ce qu'il faut où il faut. Ma peau est assez bronzée, je n'ai jamais ressemblé à un modèle de blancheur, moi qui ai toujours eu quelques couleurs. Cette même peau ne possède aucuns défauts, aucunes cicatrices. Vous comprendrez pourquoi un peu plus tard. J'ai hérité de la grâce de mon peuple, ainsi que ses traits du visage fins et harmonieux.

Mes cheveux sont d'une teinte blond foncé. Au Soleil, ils pourraient même paraître roux. J'ai déjà entendu qu'on nommait cela blond vénitien, moi je ne m'arrête pas à ce genre de détails, on ne va pas perdre de temps à débattre d'une chose aussi futile que le nom d'une couleur tout de même ! Ils cascadent en de belles boucles jusqu'à ma poitrine, je veille à ne pas les avoir trop long non plus afin qu'ils ne me gênent pas. D'ailleurs, la plupart du temps ils sont tressés, dégageant ainsi mon visage. Je ne dois pas avoir les cheveux dans les yeux.

Mes yeux... C'est ce qui retient l'attention chez moi. Je pense aussi que cet attribut m'a sauvé la vie, vous comprendrez pourquoi lorsque vous saurez mon histoire... Mes yeux... ne sont tout simplement pas de la même couleur. Mon œil droit est d'un bleu envoûtant, que l'on pourrait presque confondre avec le violet. Quant à mon œil gauche, il est d'un brun tellement clair qu'il peut paraître gris selon la luminosité. J'ai donc un regard captivant, qui me vaut parfois d'être dévisagée, les gens se sentant étrangement mal à l'aise lorsque je les fixe. Personnellement, j'ai appris a aimer cette particularité.

Mes longues ailes transparentes sont, la plupart du temps, rétractées dans mon dos. Je ne veux pas les abîmer, car si beaucoup pensent qu'être une Fée est une tare car elles sont faibles, moi je suis fière que ce sang coule dans mes veine. Mes vêtements sont très simples. Je ne suis pas difficile, je n'ai pas le choix surtout. Je porte ce que l'on me donne. La plupart du temps, ce sont des vêtements légers, dévoilant mes courbes tout en gardant le mystère.
Je pense...

MENTAL ♦ "Les Fées sont naïves, elles ne prennent rien au sérieux, passant leur temps à rire et s'amuser sans se soucier de rien" ... Par Ifranëa ce que je peux détester les préjugés ! De grâce, ne laissez pas ce que je suis me définir ! Laissez-moi le faire par moi-même !

Alors oui, c'est peut-être mon ascendance de Fée qui fait de moi une personne bienveillante. Je viens en aide à tout le monde, dès que je le peux, à mes dépends parfois si cela est nécessaire. Certains disent que c'est du courage, d'autres de la folie. Moi je dis simplement que c'est de la gentillesse. Je n'aime pas voir les autres souffrir, qui qu'ils puissent être et quoi qu'ils aient pu faire. Je suis compatissante, et je sais que je le suis trop. Je suis le genre de fille qui éprouve de la pitié envers les assassins, de la compréhension envers les voleurs... Comment ça je ne suis pas normale ? Mm... Oui, vous devez sûrement raison en fait, mais qu'importe !

Egalement, je peux ajouter que je suis très calme. Je suis douce, ne me mettant que très rarement en colère, et n'ayant jamais d'élans de violence. Etant discrète, je ne me mets pas en valeur et ne recherche pas à me faire remarquer. En conclusion, je ne suis pas une provocatrice, et n'ai pas non plus un tempérament de feu. Je préfère prendre sur moi, ou m'isoler si je le peux, plutôt que d'entrer dans cette spirale d'arrogance et de défis.

Je suis très curieuse. Pas dans le genre colporteuse de ragots non, mais j'aime tout savoir, apprendre comment marchent les choses, comprendre le monde, découvrir les cultures et les légendes, rechercher les reliques du passé... Tout cela m'intéresse, et je lis, lorsque j'en ai le temps et le droit, des livres sur toutes ces chose qui m'entourent et que je veux connaître. On me qualifie aussi comme étant intelligente, je sais m'adapter aux situations, et c'est un grand atout qui me permet de ne pas perdre la vie.

Rêveuse, j'aspire à l'évasion. Alors, pour échapper à la dure réalité, je m'imagine être libre, sachant que cela ne sera jamais le cas. Je suis aussi assez créative, et ma passion est l'art. J'aime le dessin par dessus tout, et malheureusement c'est une activité que je n'ai pas vraiment le loisir d'exercer. Alors en contrepartie, j'observe la nature et ce qui m'entoure, comme si je cherchais à trouver des secrets, ce que, personne d'autre ne verrait. Après tout, dans une vie de captive, on se distrait comme on le peut...

Malgré ce désir de liberté, je ne suis pas du genre rebelle, au contraire. Je préfère éviter les ennuis et être obéissante. Cependant mon obéissance s'arrête là où les autres souffrent, car je préfère prendre leur défense malgré les risques. Je suis aussi énergique, rester sans rien faire, à attendre que les choses se passent, ce n'est pas mon style. Je suis plutôt efficace, accomplissant les tâches que l'on m'assigne avec application.

Ma force ? Je dirais le mental. Je supporte, j'encaisse, j'accumule. Tout, encore, toujours. Mais je ne laisse rien me détruire. Je suis déterminée, et je me raccroche à cela pour résister à ce que je dois subir. Aussi, je partage assez rarement ce que je ressens. Je préfère garder mes sentiments pour moi plutôt que de les divulguer à qui pourrait s'en servir à mes dépens. Je m'efforce à toujours rester positive, à voir le bon côté des choses, et à être optimiste. Plutôt que de m'apitoyer sur mon sort, je préfère me relever, et continuer à avancer. Car je sais que si je tombe je serai piétinée. Mais même si elle n'est pas heureuse, j'aime la vie, et je veux la garder. Je constate que les gens sont souvent blasés de tout, ils se laissent abattre, ils ne pensent qu'à eux, qu'à leurs problèmes... Mais, il y pourtant encore des choses qui valent la peine que l'on s'emballe, non ?



Je me souviens...

HISTOIRE ♦ 3ème jour du 1er mois de la saison froide.

L'histoire que je vais vous conter est, je vous le concède, assez peu commune pour une Fée. Tout a commencé lors d'une soirée du début de la saison froide, il y a 17 ans de cela déjà. C'est à ce moment là que la jeune Avae a donné la vie à son deuxième enfant, une petite fille qui fut nommée Meredith. Lors de son premier souffle, l'enfant n'avait déjà plus de père. Ce dernier avait succombé quatre mois plus tôt sur le champs de bataille, alors qu'il combattait en première ligne ses ennemis, lui, fier Chevalier de la Lumière qu'il était.

Meredith était donc uniquement entourée de sa mère et de son grand frère Këlwen, son aîné de cinq ans. Contrairement à ce que nous aurions pu penser, la petite famille ne vivait pas dans la majestueuse forêt de Winrälys avec le reste de son peuple, non. Elle s'était établie à Ricyal, la capitale de Laryskanir où règnent en maîtres la débauche, les crimes et les violences. C'était au premier étage de cette maison mitoyenne que vivaient les trois Fées, juste au-dessus de l'herberie que tenait Avae, et qui représentait leur unique source de revenus. Ils ne vivaient pas dans le luxe, c'était même une vie très rudimentaire, mais ils n'étaient pas à plaindre pour autant.

Les saisons se succédèrent, et Meredith fit ses premiers pas, puis ses premiers mots. A l'âge de deux ans, elle déploya pour la première fois ses magnifiques ailes. Avae était très fière de sa fille, et la regarda en souriant lorsqu'elle prit son envol pour la première fois... Malheureusement, la fillette perdit l'équilibre et tomba. Elle s'ouvrit le genou, et son frère lui serra la main. Avae eut à peine le temps d'aller chercher un linge humide pour soigner sa petite fille que la plaie se referma toute seule... Comme par magie... Këlwen était stupéfait, et raconta ce qu'il avait vu à sa mère. La plaie béante de Meredith s'était refermée en dégageant une douce chaleur et une petite lumière dorée. Lorsque la lumière se fut estompée, il ne restait de la blessure que les gouttes de sangs qui s'étaient échappées. L'enfant n'en gardait même pas une cicatrice. C'est ce jour-là que fut découvert le pouvoir de Meredith.

Le temps s'écoulait doucement, et Meredith était heureuse à Ricyal, entourée d'une mère aimante et d'un frère protecteur. Elle leur demandait souvent de lui parler de son père, de ce qu'il aimait, de son caractère, de son histoire. Elle rassemblait les bribes d'informations, essayant de se forger des souvenirs de cet homme qu'elle n'a pourtant jamais eu la chance de connaître, et qu'elle admirait pourtant. Le petit commerce d'Avae leur permettait à tous les trois de manger à leur faim.

Puis, vint un jour, l'année de ses six ans, où cette petite routine changea. Meredith jouait dans l'escalier avec son frère lorsque des hommes entrèrent dans l'herberie. Il s'agissait de voleurs, qui voulaient l'argent d'Avae, qui n'en n'avait pourtant que si peu. Deux d'entre eux se mirent à saccager la boutique, sous les yeux discrets des enfants, collés contre la rambarde de l'escalier, qui regardaient ainsi out sans être vus. Trois autres menacèrent Avae, qui leur donna ce qu'elle possédait. Trouvant que c'était trop peu, les hommes rouèrent la Fée de coups. Këlwen voulait venir au secours de sa mère, mais Meredith avait si peur qu'elle serrait son bras avec force, plantant ses ongles dans sa peau. Këlwen emmena sa soeur à l'étage, sans faire de bruits. Il ouvrit la trappe dissimulée dans le sol et la fit entrer dedans.

- Promets-moi de ne pas bouger d'ici, lui souffla-t-il.

- J'attendrai que tu viennes me chercher, je te le promets.

Personne n'aurait pu prévoir qu'il s'agissait là des dernières paroles qu'ils échangèrent. Këlwen referma la trappe, mais, dans la précipitation, ne vit pas qu'il coinçait dedans le tapis. Piégée dans le noir, Meredith, les yeux grands ouverts, essayait d'entendre ce qu'il se passait. Elle attendit. Puis vinrent des bruits de pas, nombreux. Ensuite un cris, celui de son frère. Il s'en suivit d'un silence pesant quand soudain, juste au-dessus d'elle, une chaussure fit craquer le parquet. Elle osait à peine respirer, tremblante de peur. Violemment, la trappe s'ouvrit, et un homme la saisit par les cheveux, la tirant vers lui. Les yeux glacials de l'homme scrutait son regard, attiré par ses yeux dépareillés. Meredith tourna la tête et vit son frère, allongé sur le sol. Etait-il mort ? Il ne bougeait plus.

- Tu as vu ses yeux ? Emmène-la. Morte elle ne vaux rien.

Sauvée pour ses beaux yeux. Littéralement. L'homme aux yeux de glaces la prit sur son épaule, telle un sac de nourriture. En bas, Meredith ne pu échapper à la scène de carnage. Tout était saccagé et, derrière le comptoir, baignant dans une marre de sang, reposait le corps sans vie de sa maman. La suite des événements échappa totalement à son contrôle. Elle était si jeune, elle ne pouvait tout comprendre, tout se rappeler. Elle se souvenait avoir été remise à un homme, grand et terrifiant. Elle se souvenait de cette petite pièce sombre où elle était captive, une lourde chaîne enfermant sa cheville. Les souvenirs étaient saccadés, comme un cauchemar, sauf qu'il était réel.

Elle revoyait encore la fenêtre, au dessus d'elle, seule source de lumière de sa petite prison. Elle savait qu'en volant, elle aurait pu s'enfuir. Mais la chaîne tait trop lourde, bien trop lourde pour le lui permettre. Elle se souvenait de cette assiette de bouillie brunâtre, qu'on lui apportait une fois tous les deux jours. L'odeur d'humidité et de pourriture la hantait encore aujourd'hui. Pire encore, elle avait en mémoire ses visites. De cet homme qui la terrifiait tant. Tout l'effrayait : ses regards, ses paroles, ses gestes.

Une année s'écoula ainsi. Meredith était rongée par la douleur d'avoir perdu sa famille. Et alors qu'elle était maltraitée, l'enfant s'efforçait de ne plus penser à ces deux personnes qu'elle aimait, mais cela était aussi difficile que de tenter de se souvenir de ce père qu'elle n'a jamais connu. Mais à ses sept ans son pouvoir attira l'attention. Durant un an et demi, elle ne bougea pas, attachée par les poignets et les chevilles à une table de bois sombre au centre d'une pièce dans un sous-sol. Pendant tout ce temps, il ne se passa pas une journée sans qu'elle ne soit étudiée. On ouvrait quelques centimètres de sa peau et regardait ce qu'il y avait en dessous avant qu'elle ne se referme. On disait être un savant en faisant les plus grandes entailles possible, pour voir quand elle perdrait connaissance, ou quelle partie du corps saignait le plus. On écartait les tissus de chair le plus possible, pour comprendre comment le corps humain était fait. Bien mieux que des cadavres, Meredith présentait un cobaye vivant. Un véritable calvaire.

Elle quitta finalement cette pièce, elle qui pensait pourtant que sa vie s'y arrêterait. Elle était faible, chétive, elle qui n'avait même pas marché pendant tout ce temps. Meredith fut nourrie, elle reprit des forces. Lorsqu'elle fut jugée assez forte, la Fée fut vendue à un marchand d'esclaves. Celui-ci savait qu'il pourrait en tirer un bon prix, surtout en considérant son pouvoir et ses yeux aussi étranges qu'attirants.

Pendant un peu moins de quatre années, elle apprit à ne plus être une personne, on la conditionnait pour être un objet, être obéissante et se fier aveuglément à un maître, quoi qu'il puisse exiger d'elle. Meredith apprit à s'oublier, à être prête à tout pour quelqu'un. Ce n'était pas bien difficile pour elle, qui avait été torturée pendant deux ans. L'enfant apprit à faire les corvées ingrates, à être dans une pièce sans que l'on ne se rende compte de sa présence, mais étant donné son regard, il est difficile de faire abstraction d'elle. Les années passèrent, et l'enfant devenait lentement une jeune fille, commençant doucement à prendre des formes. Puis arriva pour la première fois son sang de lune. Elle savait que dès lors que cet événement la définirait comme une "femme", malgré ses 12 ans, sa vie changerait. Elle serait vendue.

On lui fit porter une robe blanche ce jour-là. Elle était transparente, pour que l'on puisse voir son corps à travers. Ses cheveux avaient été ramenés en arrière, pour que les traits de son visage n'échappe pas aux regards inspecteurs. Les poignets liés devant elle, Meredith resta debout sur la petite place, dans un des quartiers les plus mal fréquentés de Ricyal. Stoïque, elle regardait dans le vide, tandis que l'homme qui la vendait entaillait son avant-bras et sa joue pour que tous puissent contempler son pouvoir. Les enchères commencèrent alors.

Achetée par un homme riche, voilà cinq ans maintenant qu'elle lui appartient, prisonnière dans sa demeure au pied des montagnes de Glaurung. Il s'en est passé des choses, depuis qu'elle est avec lui. Cependant, cela, ce n'est pas à moi de vous le raconter... Pas maintenant...




© Swalia
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Admin / V - Exterminateur de Ténèbres

Féminin Messages : 1311
Points : 1394
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 20
Rôle : Chef des Chevaliers de la Lumière / / Admin ultime sur ce fow ! Schyzo et adepte de la souffrance de persos
Armes : Epée et Dague
Pouvoirs : Magie Noire, Transformation en sirène, Aquakinésie

MessageSujet: Re: Meredith Mar 29 Juil - 17:28

Je le dis quand même ? '-' Bon bah... Bienvenu sur le forum !! *même si tu as un peu l'habitude :3*

Breff... Donc je dois dire que *Seleons : j'ai hâte de rp avec toi :3* Roh à peine créé déjà chiant toi ! Bon donc je disais que je te valide ! :3

Bons rps sur les Terres de Laryskanir... *et passe du bon temps surtout :3* Seleons ! *oui je retourne à ma fiche...*

_________________
#Je suis Charlie

#My Confession : "Nothing is true, everything is permited..."

Récompenses et Médailles:
 
Revenir en haut Aller en bas

Meredith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Meredith Harper/Gorgone, une Gorgone et humaine assez particulière
» Grey's Anatomy
» Meredith Gallea [Poufsouffle]
» Ashley Meredith Rivers
» Do I know you? [PV Meredith]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Laryskanir :: Les Héros d'Aujourd'hui :: Soldats de l'Equilibre-